Licenciement dans la tech ou fuite des talents ?

calendar icon
10/11/2022
clock icon
2 min
Muzzo

L’actualité ne nous a pas laissé de répit. Le mois de novembre s’est avéré au moins aussi symptomatique que cet été : Twitter en ligne de mire des faits du moment mais certainement pas le seul exemple des entreprises aux licenciements abusifs et des gels d’embauches… que se passe-t-il dans les entreprises emblématiques de la tech ?

Les développeurs.peuses informatiques et C-level uniquement touchés ?

C’est un plan de départ massif qui a lieu présentement et qui s’est intensifié en moins de 48h. La croissance annoncée en début d’année a trouvé son point de rupture dans les promesses du métaverse annoncé par Mark Zukerberg et le lancement de Meta, fusion de réseaux sociaux majeurs et pilier de la promesse d’un monde en ligne 2.0, qui peine a trouvé satisfaction auprès de ses utilisateurs.

Ce phénomène semble se généraliser dans toute la tech. Les financements gelés, les postes en arrêt voire au départ : Meta licencie en masse, avec Shopify, récemment Twitter, mais aussi Lyft, Stripe, Klarna…

Les profils touchés sont évidemment les développeurs et les développeuses, comme nous avons pu le constater dernièrement avec Elon Musk, qui a pris des décisions impulsives quant à la façon de faire leurs revues de codes sur papier, les sortir le soir même, et finalement leur demander de revenir pour certains, par leurs compétences indéniables, à leurs postes indéniables. 

Les C-level sont aussi touchés par ces dérives stratégiques et doivent assumer le middle management en dent de scie, lors de re-reprise de postes, pour mobiliser les effectifs restants. 

Outre cela c’est aussi le recrutement qui est touché de très près.

Les start-up positionnées sur le marché du recrutement ressentent de cette vague de départ, mobilisées dans la réacquisition des collaborateurs, et la recherche de nouveaux profils dépassant le mouton à 5 pattes. Les RH, mobilisées dans le licenciement, font face à des licenciements des C-levels, fonctions techniques mais aussi (dans les cas les plus chaotiques) de leur talent acquisition team. C’est le cas par exemple chez CloudKitchens, la start-up de dark kitchens lancée par le cofondateur d'Uber, Travis Kalanick, qui a licencié 30 recruteurs selon Business Insider.

A côté de ce déferlement de suppressions de postes, Amazon et Apple ont annoncé cette semaine de nouveaux gels de recrutements. Gel d’embauches au siège après ses activités de e-commerce. Chez Apple, tous les secteurs sont soumis au licenciement, sauf dans ses activités de R&D où les postes sont maintenus pour garder leur avantage compétitif.

Combien d’emplois concernés ?

Chez Meta, ce sont plus de 11000 postes licenciés pour réduire leurs coûts de dépense, au moins jusqu’au premier trimestre 2023. Aujourd’hui, chez Twitter, c’est le chiffre de 8000 départs qui a été annoncé, pour une réduction de coûts d’1 milliards de dollards. 

Côté fintech, chez Stripe, ce sont 14% des effectifs qui vont devoir renoncer à leur job, soit un peu plus de 1000 salariés sur le carreau. Chez Lyft, ce sont entre 700 et 800 personnes qui vont se retrouver sans emploi. Même constat chez Shopify, où la vague de licenciement de cet été a dépassé les 1000 collaborateurs sur le départ.

Quelle projective en France ?

L’insécurité financière, l’inflation et la récession qui s’en approche pour début 2023 annonce une vague de frilosité qui va prendre part au paysage économique français également. Certaines startups sont déjà touchées dans le paysage digital français. Cependant, côté recrutement et attraction des talents, cela peut aussi être une aubaine pour les profils expatriés, en poste pour ces boîtes américaines et détentrices de méthodologies de travail et de hard/soft skills qui peuvent incarner une véritable attraction pour les entreprises françaises.

A l’heure du full remote, repenser le travail et la fuite des cerveaux en sens inverse, peut tout à fait être une piste d’exploration pour la remobilisation des talents étrangers ou français expatriés qui pourraient être séduits par une sécurité de l’emploi plus affirmée sur le territoire français.

Muzzo
11/4/2022
Poursuivre la lecture

Inscrivez-vous à la newsletter

Merci ! Nous avons bien reçu votre demande.
Oups! Une erreur s'est produite